Sur les traces des chasseurs d’internet de Cotonou

Article : Sur les traces des chasseurs d’internet de Cotonou
24 juin 2015

Sur les traces des chasseurs d’internet de Cotonou

Au Bénin, les jeunes s’adonnent à une chasse aux points wifi non sécurisés, pour contourner les prestations onéreuses des fournisseurs d’accès à internet.

Les points wifi non sécurisés sont recherchés à Cotonou. Les jeunes ont du flair en tout cas pour ça. Farid, un jeune étudiant en a découvert deux depuis plusieurs années et il en profite gratuitement. « Pauvre étudiant que je suis, ma bourse ne permet pas de me procurer un forfait internet régulier. C’est trop cher pour moi », explique-t-il.

Avant 2010, il se contentait des services d’un cyber café où il naviguait contre 300 ou 500 francs CFA l’heure. Il y allait toutes les deux ou trois semaines. Mais la fréquence a changé à partir de 2011. Internet est devenu très important dans sa vie et dans celle de tous les jeunes Béninois d’ailleurs.

« Avec l’avènement des smartphones au Bénin, l’arrivée de Facebook et surtout de Whatsapp, je devais me connecter presque tous les jours, et je ne pouvais plus continuer à injecter quotidiennement 300 à 500 francs CFA. Il me fallait donc de l’internet moins cher ou gratuit. J’ai fini par trouver par la grâce de Dieu ! »

Dieu a exhaucé ses prières. Du moins c’est ce que pense le jeune homme depuis qu’il use gratuitement de la connexion internet de deux différentes institutions.  « Quand je ne suis pas en cours, je vais me connecter au wifi non sécurisé du ministère de l’intérieur, [non loin de la Présidence de la république]. Mais quand je dois être à l’école, je patiente et le rendez-vous est pris la nuit devant la Bourse du travail à Gbégamey [un des quartiers les plus populeux de Cotonou] », s’exulte-t-il, avant d’ajouter d’un air narquois : « Cela n’a pas été facile quand même. Je me promenais tout le temps avec mon smartphone en main dans l’espoir de détecter un wifi non sécurisé. Partout je le faisais, quelque soit le quartier. Et finalement je suis tombé fortuitement sur deux wifi à la Bourse du travail. Le premier était verrouillé, mais le second était libre. Et c’est ce que je recherchais ».

Risquer la vie pour internet…

Farid prend d’habitude son rendez- vous à partir de 20h 30 devant la Bourse du travail. Mais avant son arrivée, d’autres jeunes gens squattent déjà le territoire. Parmi eux, Christian, un étudiant en deuxième année à l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée et de Management. Il y était depuis 19 heures et ne compte pas s’éclipser avant 2 heures du matin.

A l’entendre sa mission est lourde ce soir. « Je passerai presque toute la nuit ici parce que j’ai d’importants téléchargements à faire. Cela va prendre assez de temps. Mais j’y parviendrai. J’ai une batterie de secours pour mon téléphone », se rassure-t-il. Christian est certain de ne pas subir le moindre effet de la solitude. Rodhès, Janot et Horacio lui tiendront compagnie toute la nuit. A croire qu’ils sont venus ensemble.

Chacun est là dans un but précis, mais est obligé de sympathiser avec l’autre afin d’instaurer une ambiance de sécurité sur les lieux. « Certes on a accès gratuitement à internet ici, mais le risque est aussi grand. Quand c’est la nuit et que vous êtes seul ou à deux, les voyous vous agressent facilement. Cela m’était déjà arrivé une fois où on m’a arraché mon téléphone Samsung. Mais, il est impossible qu’un petit voyou vienne s’en prendre à un groupe de 10 à 13 personnes », entame Janot avant d’acheve r: « Pour nous qui sommes souvent là, les nuits pour nos téléchargements, on risque beaucoup nos vies. C’est ce qui incite sûrement la police à nous renvoyer par moment ».

Le gouvernement et les réseaux de téléphonie mobile indexé

Les jeunes Cotonois ne peuvent plus se passer d’internet. Facebook, Whatsapp ou encore Youtube et autres sites de téléchargement ont conquis leurs cœurs. Ils adorent internet, mais ne disposent pas de moyens pour s’activer régulièrement un forfait. Cette ambivalence selon eux, a son sens du fait que le gouvernement n’a pas œuvré pour l’accès facile à internet au Bénin.

« Dans certains pays, l’Etat a créé des zones wifi gratuit au niveau des grandes villes. Si je ne me trompe pas, l’Etat rwandais l’a fait à Kigali. Ici, le gouvernement ne s’en préoccupe pas. Alors qu’il n’ignore pas l’importance d’internet à cette ère de mondialisation », illustre Farid.  « On a eu recours aux réseaux de téléphonie mobile mais c’est coûteux, surtout avec leur 3G », regrette aussi Horacio.

MTN, l’un des réseaux de téléphonie mobile offrait des Méga Octets à chaque rechargement d’unité  [recharge de crédits à partir de 500 francs CFA.] Cet avantage ne tient plus depuis la fin de l’année 2014. Et les jeunes s’en indignent sans pouvoir y changer grand-chose

Partagez

Commentaires

Vinsang Ague
Répondre

Très beau papier.

Owarindé Jacob
Répondre

Merci Vincent pour ton appréciation.

Ziad
Répondre

Très bonne histoire ! Merci beaucoup

Owarindé Jacob
Répondre

Bonjour Ziad. Merci pour le temps que vous aviez consacré à lire mon papier. j'en suis très sidéré. Comme tous les autres blogueurs, je suis très ému de savoir que notre travail vous plaît.

elsanjiale
Répondre

Très intéressant. Internet es devenu indispensable. Malgré l'offre abondante des entreprises de téléphonie son coût reste élevé.

Owarindé Jacob
Répondre

Le coût est élevé et la qualité reste mauvaise. Au Bénin, on en a marre.
Merci pour votre commentaire.

Benjamin Yobouet
Répondre

Belle enquête dans le monde des "guetteurs de wifi" !

Owarindé Jacob
Répondre

Merci Benjamin! Ils n'ont peut-être pas le choix, ces "guetteurs de wifi", comme vous le dites. Des réseaux mobiles nous grugent et l'Etat béninois semble indifférents.