13 novembre 2014

Maroc 2015, fichue CAN !

MAROC_CAN2015_161014

Le plus grand événement qui fait vivre, que dis-je ; qui fait survivre le football africain meurt de la psychose délirante des frères marocains.  

Eh bien ! Ils s’en moquent si actuellement Hayatou a chaud non pas dans la tête, mais aux « fesses ». Le président de la CAF et tout son comité exécutif, courent dans tous les sens pour sauver une compétition prise en otage par le Maroc. La prochaine Coupe d’Afrique des Nations aura-t-elle lieu en janvier 2015 ? Si la CAF répond « oui »,  le Maroc penche plutôt pour un : « non ! En tout cas pas chez nous ».

Tout commence par l’apparition d’Ebola, cette épidémie, qui sévit en Afrique de l’Ouest. Cette épidémie, qui a surpassé la chose humaine avant de tenir tête au sport roi. Le 5 septembre 2014, match Guinée -Togo (comptant pour la 2e journée des éliminatoires CAN Maroc 2015), est délocalisé sur Casablanca à cause d’Ebola. Le 11 octobre 2014, lors de la 3e journée des qualifications de la CAN 2015, Ebola impose son verdict. Par ricochet, la confrontation Guinée-Ghana, est accueillie toujours par le Maroc. Jusque-là le football africain reste inébranlable et ne fléchit devant aucune tempête moins encore devant une prétendue épidémie. On pourrait toujours rester dans ce registre et se focaliser sur nos belles et fortes passions. Mais non ! Les Marocains ont trahi le foot africain au dernier moment, laissant et autorités et fans du foot africain dans une léthargie totale. Le fait de voir la haute instance du football africain vêtue d’humilité aux pieds du pays des Lions de l’Atlas, n’a point écœuré. Le fait de voir le pays des Bafana bafana refuser de voiler la   » lâcheté  » du Maroc, l’autre pays hôte, n’a pas désolé. Mais une chose est certaine, la brusque décision marocaine à la veille de la compétition, a frappé les uns et les autres de stupeur. Stupeur totale, parce que ce même Maroc a sauvé par deux fois le bon déroulement des éliminatoires de  sa  » CAN « , juste en accueillant des matchs de la Guinée ; un pays où l’épidémie d’Ebola a eu raison du foot à un moment donné. Les voix se sont élevées, la CAF s’est mise à genoux ; la Fifa, (la très puissante) Fifa de Blatter est restée presque muette laissant la parole à l’UEFA de Platini, qui n’a pas caché son  » soutien  » aux Marocains : « Je pense que la santé des gens est prioritaire. Moi aussi je me pose la question si je dois aller dans les congrès de nos amis africains, un vrai problème. Il faut contacter les instances mondiales de la santé pour obtenir davantage de renseignements concernant la propagation du virus Ebola et l’éventuel danger de l’organisation d’une compétition sportive ». Sur ces mots, avouons-le : le clou est enfoncé, le Maroc a détecté un lourd soutien et peut se permettre à partir de cet instant-là de refuser l’organisation d’une CAN qu’il convoitait pourtant. Mais deux choses ont sûrement échappé à l’intelligence marocaine : les Lions de l’Atlas manqueront la 30e édition de la CAN en plus d’une avalanche de sanctions. Au-delà de ça, comme tous les Africains, les Marocains devaient savoir que rien ne pourra arrêter une compétition européenne de la sorte. Je me permets donc de leur dire ceci : le jour où la coupe d’Europe est annulée ou reportée d’une seule année, c’est qu’il y a une 3e guerre mondiale. Eh bien ! C’est facile de dire : le Maroc ne veut plus de sa CAN, mais a-t-on idée des conséquences ? Cela doit être dur pour ces fans qui ont réservé leurs billets d’avion et leur hôtel pour l’événement ; ou encore les complexes hôteliers marocains qui ont tout investi pour une CAN confortable. Je n’imagine pas la désolation des grandes firmes qui ont déjà préparé des services, gadgets et articles à l’effigie du Maroc 2015. Et j’en passe.

Le vin est tiré, il faut le boire. Le Maroc ne veut pas de la CAN parce que le cuir rond est tacheté d’Ebola. L’Afrique du Sud n’endossera sûrement pas cette responsabilité. Mais qui la veut enfin cette compétition, qui fait survivre le football africain ? Le Nigeria ? Mal parti pour sa qualification, le tenant du titre va sans doute courir pour faire passer sa candidature, dans l’espoir d’être qualifié d’office.  Ebola ne fait pas peur au Nigeria, mais devrait-on craindre la secte Boko Haram.

Vraiment ! Quel dilemme. Le Maroc a tout faussé. J’aurais dû être un chiromancien, et je vous aurais dit, ce jour où vous aviez désigné le Maroc comme pays organisateur de la CAN 2015 : « la CAN 2015 pour le Maroc ? Putain de Can ! »

Partagez

Commentaires